logo AREVA

Cohortes des travailleurs du nucléaire d’AREVA

Dans les années 1990, les épidémiologistes de l’IPSN1 ont mis en place des études sur les travailleurs de l’industrie nucléaire ou de la recherche dans le domaine du nucléaire. Ces études permettent de suivre l’état de santé des travailleurs du nucléaire dans le temps, grâce à la constitution et au suivi de cohortes de travailleurs. Ces études sont menées aujourd’hui par le Laboratoire d’Epidémiologie (LEPID) de l’IRSN, dans le cadre de collaborations avec les acteurs principaux de l’industrie et de la recherche nucléaires en France, dont AREVA.

  • Objectif

    Objectif

    Les études réalisées au sein des cohortes de travailleurs du nucléaire sont conduites à des fins scientifiques et font l’objet d’une déclaration à la CNIL[2]. Elles visent à approfondir la connaissance des pathologies susceptibles de se développer suite à une exposition chronique à de faibles doses de rayonnements ionisants (exposition externe ou contamination interne), en tenant compte d’autres facteurs de risque potentiels.

     

    [1] Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire (IPSN), devenu Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) après son regroupement avec l’Office de Protection contre les Rayonnements Ionisants (OPRI) en 2001

    [2] Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés

  • Description

    Description

    Deux cohortes incluant des travailleurs d’AREVA ont été mises en place, répondant à des objectifs complémentaires : l’étude de la cohorte TARIS vise à améliorer les connaissances des risques de pathologies liées à une exposition chronique aux rayonnements X et gamma, et l’étude de la cohorte TRACY vise à améliorer les connaissances des risques de pathologies liées à des incorporations d’émetteurs alpha.

    La cohorte TARIS concerne tous les travailleurs embauchés au moins un an entre 1946 et 1994 par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) ou par AREVA NC, et ayant porté un dosimètre dans le cadre d’une surveillance pour une exposition externe aux rayonnements ionisants (principalement rayonnements X et gamma). TARIS inclut plusieurs dizaines de milliers d’individus pour lesquels ont été reconstitués leur historique de carrière et leur dosimétrie externe annuelle, ainsi que leur statut vital et, éventuellement, leur cause de décès.

    La cohorte TRACY a été mise en place en 2008. Elle inclut environ 12 500 travailleurs employés au moins 6 mois entre 1958 et 2006 dans les usines du cycle du combustible appartenant au groupe AREVA et au CEA. Outre la reconstitution de l’historique de carrière et des expositions radiologiques interne et externe des travailleurs, un travail conséquent de recueil de données sur des facteurs potentiellement pathogènes est en cours, incluant les différentes nuisances professionnelles (expositions chimiques, contraintes physiques) et des facteurs de risque individuels comme le tabagisme, le surpoids et l’hypertension.

    Les cohortes des travailleurs du nucléaire CEA-AREVA NC sont les cohortes les plus larges et les plus informatives des cohortes de travailleurs du nucléaire en France.

  • Résultats

    Principaux résultats

    Les analyses conduites sur ces deux cohortes ont donné lieu à plusieurs publications scientifiques nationales ou internationales.

    Les principaux résultats sont consultables sur le site internet de l’IRSN en cliquant sur les liens suivants : 

  • Information CNIL aux travailleurs d’AREVA

    Note d’information de la CNIL aux travailleurs d’AREVA

    Nous vous informons qu'un suivi épidémiologique des travailleurs du nucléaire français surveillés pour une exposition externe aux rayonnements ionisants est réalisé par l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN). Ce suivi s’inscrit dans le cadre d’études portant sur les risques potentiels liés à l’exposition aux rayonnements ionisants au cours de l’activité professionnelle.

    Les études ont été mises en place en 1991 et se poursuivent. Un recueil d’informations complémentaires de données de santé va être réalisé par le laboratoire d’épidémiologie de l’IRSN.

    • Toutes les données individuelles seront rendues anonymes et restent confidentielles.
    • L’analyse épidémiologique se fera à partir de ces données non identifiantes et testera le risque éventuel d’observer une augmentation de la mortalité ou de la morbidité pour différentes pathologies en fonction de l’exposition cumulée aux radiations ionisantes, en tenant compte d’autres facteurs de risque potentiels.
    • Les résultats de ce suivi épidémiologique seront publiés au niveau national et international.

    Conformément à la loi informatique et libertés modifiée du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification relativement aux informations qui vous concernent.

    Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, vous pouvez adresser une demande à votre responsable d'unité par courrier. Elle sera transmise au responsable du laboratoire d’épidémiologie de l'IRSN en charge de cette étude.

    Responsable du laboratoire d’épidémiologie de l'IRSN en charge de cette étude :

    Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
    A l’attention du Responsable du Laboratoire d’Epidémiologie
    PRP-HOM/SRBE/LEPID
    31 Avenue de la Division Leclerc
    BP 17
    92262 Fontenay aux Roses Cedex